Société

Santé : La prise en charge de qualité, un droit pour la femme ?

La journée international d’action pour santé de la femme célébrée chaque le chaque le 28 mai de l’année, instituée pour combattre la mortalité maternelle en garantissant l’accès à des services de santé de qualité.

Créée au Costa-Rica lors de la cinquième rencontre internationale sur la santé des femmes en 1987, recentrée au tour des phénomènes de la privatisation de soins de santé de qualité par la campagne qui a pris 8 bonnes années pour combattre la mortalité maternelle, selon l’estime des femmes du monde en visant l’accès des services de qualité, accès considéré comme un droit des femmes.
La journée internationale d’action pour la santé des femmes est une occasion pour toutes les femmes du monde de lutter vivement contre la privatisation et la commercialisation des services de santés, et de combattre pour l’accès à des services de santé de qualité, soit un droit pour les femmes.

Tous les personnels soignants, y compris les patients optent pour l’excellence des soins pour tous.
Les soins de santé de qualité sont les prises en charge efficaces selon les normes internationales (OMS) ou nationales. Malheureusement plusieurs femmes dans tous les coins du monde surtout en Afrique n’ont pas accès aux soins de santé recquises et les entraînent à taux de mortalité élevé.
Il es déplorable de voir qu’il y a seulement 30% des travaux qui se font pour l’amélioration de la qualité de soin de santé chez les femmes en république démocratique du Congo. Car certains de nos hôpitaux ne sont pas bien équipés pour cette prise en charge. Plusieurs structures ne possédant pas les échographes ni moins des banques de sang pour les femmes enceintes. Si ça se trouve, la manipulation pose problème dû à des personnels soignants malformés, un sérieux problème pour la prise en charge des femmes en post partum( après accouchement) en cas d’hémorragie abondante et amene la plupart d’entre elles àla mort.
Pour éviter la mortalité, il faudrait d’abord que les prestataires soient bien formés en ayant une formation continue c’est à dire organiser des séminaires, des congrès assurés par le gouvernement. Ainsi, cela leur permettra de mettre à jour leurs connaissances selon l’évolution de la science. Au-delà de ces formations, doter à ces prestataires des matériels et médicaments de qualité pour cette prise en charge

Ceci est un avis du docteur YAKUSU Hervé, médecin à l’hôpital HGR ARU au cours d’une interview duplex ce jeudi 28 mai 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :