Société

Kisangani : « Rien sans les femmes » pour la consolidation de la paix dans la Tshopo !

À Kisangani, le mouvement féministe « Rien sans les femmes » veut changer la donne dans les instances de prise des décisions. Tout se concrétise grâce au projet TUFAULU PAMOJA, appuyé par CAFOD avec le financement de l’ambassade de Suède, en partenariat avec CEJP dans 9 provinces représentant 11 axes des coordinations dont Kinshasa, Sud-Kivu, Ituri, Kasai-oriental, Nord-Kivu, Haut-Katanga, Tanganyika, Tshopo et Lualaba.

Ce projet vise notamment l’amplification de la voix et la représentativité de la femme et des jeunes dans la sphère de prise des décisions, la consolidation de la paix et le développement de la RDC à tous les niveaux d’ici 2023.

Pour y arriver, Rien sans les femmes a organisé du 31 mai au 1er juin à Kisangani des séances de renforcement des capacités et des compétences d’au moins 20 femmes afin de comprendre les conflits, transformer ces derniers et faire la paix.

Pour Claudine Bela, coordonnatrice de la structure mouvement Rien sans les femmes, cette formation va permettre aux femmes d’établir des noyaux de paix dans les différentes communes que comportent la ville d’espoir.

Claudine Bela

« Cette activité vise à renforcer les capacités des membres et non membres du mouvement Rien sans les femmes en vue d’améliorer leur participation à la consolidation de la paix et à la prévention aussi des conflits. C’est une activité qui tombe à point nommé parce qu’au regard de la situation actuelle, l’on assiste à des cas de banditisme, des désordres dans nos quartiers qui entraînent même mort d’hommes et de dégâts énormes. Il est donc important que les femmes se constituent en équipe de résolution des conflits et qu’elles essaient aussi de créer des noyaux communautaires de paix, parceque nous devons apprendre à vivre l’unité dans notre diversité. » a-t-elle signifié.


Elle a ensuite indiqué « Rien sans les femmes a besoin de la réussite du projet TUFAULU PAMOJA en impliquant tout le monde, les autorités traditionnelles, politico-administratives, militaires et policières, tout le monde, nous allons mettre la main dans la patte pour que les activités soient réalisées, et qu’en 2023, les activités soient évaluées et la réussite sera là, les femmes vont occuper des postes de responsabilités dans tous les bureaux, à tous les niveaux et dans tous les domaines. Elles sont impliquées dans les actions de paix , d’ici 2023 nous allons diminuer le taux de criminalité. Je demande à ces femmes de mettre en avant plan le savoir-faire et leur savoir-être. »

Il sied de noter qu’au moins 20 femmes ont pris part active à cet atelier. Elles se sont dites engagées désormais à travers des noyaux mis en place, afin de devenir des animatrices de paix.

✍🏾 Nicole Etete/kis24.info

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :